Le Marais

S’il est un quartier de Paris toujours vivant, c’est bien celui du 4éme arrondissement, appelé depuis toujours le Marais.

Quartier populaire et commerçant, il est riche cependant de bâtiments importants pour le parisien.

De Saint-Germain-l’Auxerrois, paroisse des rois de France jusqu’à l’ Hôtel de Ville, la rue de Rivoli accueille sur ses trottoirs tous ceux qui viennent acheter vêtements ou chaussures, ou tout autre bien de consommation courante ou inhabituelle.

Célèbres dans le monde entier,les Grands magasins avaient profité de la proximité avec les anciennes halles de la ville pour se créer une clientèle.

Plusieurs siècles auparavant, un peu plus loin, le faubourg Saint-Antoine abritait déjà les entreprises de confection de ce mobilier qui fit la gloire de Paris depuis le XVIIe siècle, tandis que le commerce de l’or et des bijoux, ou celui des vêtements de confection occupaient les ruelles voisines.

C’est là que se fabriquait « l’article de Paris » dont la célébrité était si grande.

C’est là encore de nos jours que se sont installés de belles boutiques d’art.

Installé à proximité du fleuve, voie traditionnelle de la navigation commerciale, l’ Hôtel de ville de Paris fut construit à partir de 1533 sur les plans d’un architecte italien. Détruit pendant la Commune, il a été rétabli en 1882 sur un plan moins original.

S’il n’a pas hébergé Etienne Marcel lui-même, il est cependant encore le symbole de l’activité politique parisienne: siège de la puissance des commerçants et bourgeois de la ville sous l’Ancien Régime, c’est là que fut proclamée la Deuxième République par Louis Blanc en 1848.

L’esplanade sur lequel il est édifié n’est autre que l’ancienne Place de Grève, lieu de supplices autrefois, maintenant régulièrement envahie lors des grandes fêtes parisiennes.

C’est de cette proximité avec le fleuve que le nom de Marais fut donné au quartier.

De part et d’autre de la rue Saint-Antoine, de beaux hôtels particuliers se sont élevés du Moyen-Age au XVIIIe siècle.

Longtemps négligés par leurs propriétaires et occupés par les entreprises locales, ils sont maintenant réhabilité et sont devenus, avec les maisons avoisinantes, des habitations recherchées.

Les galeries d’art, marchands de photographies ou de tableaux partagent la vie locale avec toute une vie nocturne moderne. La Place des Vosges fut commandée à l’instigation du roi Henri IV, mais achevée sous son successeur.

Dans tout le quartier, musées et souvenirs historiques se bousculent.

Archives Nationales, musée Carnavalet , qui conserve les souvenirs de Paris, dans un hôtel occupé par Mme de Sévigné, musée Picasso, musée de la Chasse, maison Européenne de la Photographie, etc, voisinent avec les splendides hôtels particuliers qui servirent souvent de modèle aux constructions de l’Europe entière.

Limite médiévale de Paris vers l’ouest, la place de la Bastille rappelle le souvenir de cette forteresse royale dont la destruction marqua le début de la Révolution Française.

La « Colonne de Juillet «  et son Génie sont depuis 1840 le lieu de manifestations régulières, rappelant dans l’inconscient populaire que cet axe, rue de Rivoli, place de la Bastille, place de la Nation était déjà, sous l’Ancien régime celui que devait traverser le pouvoir royal pour aller, à travers la population, du Louvre au château de Vincennes.

Reproduction Interdite: Copyright JMB