Faubourg Saint Marcel

Peu célèbre, sans grande originalité aujourd’hui le quartier actuel autour de la place d’Italie est pourtant essentiel à qui veut découvrir vraiment Paris.

Bourg indépendant plus que faubourg vrai, Saint-Marcel fut longtemps la porte de Paris pour le voyageur venant du sud.

Déjà Sébastien Mercier y situe la populace la plus pauvre, la plus remuante et la plus indisciplinable.

A l’emplacement d’un ancien arsenal, Louis XIV implante cet Hôpital général, officiellement destiné à recueillir des malheureux, c’est à dire en fait surtout pour tenter de débarrasser Paris de la grande quantité des pauvres et des mendiants qui en incommodaient les habitants.

Devenu l’hôpital de la Salpêtrière, c’est là que Pinel découvre la psychiatrie au début du XIXe s.

Tout près,Chateaubriand et sa femme fondent sous la Restauration, un asile pour les vieux prêtres nécessiteux. Dans une ruelle sordide donnant sur le Boulevard de l’Hôpital, Victor Hugo situe la masure Gorbeau des Misérables.

Tout proche,dans les steppes qui avoisinent la Salpêtrière se réunissent à la nuit tombante, heure de leur réveil, les membres du terrible quatuor de Patron-Minette.

La terre doit conserver encore le souvenir des teintureries qui ont fait la réputation des Gobelins, installés ici, à côté de la Bièvre,et celle des morts du cimetière de Clamart qui accueillait, sans bière, les corps des suppliciés et les morts de l’Hôtel-Dieu, souvent destinés aux étudiants en médecine.

Les percées du XIXe s ont eut raison de la pauvreté des habitants, mais le monde des bistrots de pauvres et des chiffoniers décrit par Jean-Paul Clébert n’a disparu qu’au milieu du XX e s.

Le visiteur curieux, s’il sait prendre le quartier en dehors des grands axes, peut découvrir toute une vie.

Reproduction Interdite: Copyright JMB